Fin septembre je vous avais parlé des Matchs de la Rentrée Littéraire, organisés par Price Minister. 

J'avais choisi Parfums de Philippe Claudel. D'une part parce que je ne lis pas très vite et que je n'ai pas toujours beaucoup de temps pour lire (oui, ça peut paraître paradoxal pour une bibliothécaire, mais c'est mon cas ! ) et "le" Claudel avec 215 pages, découpées en petits chapitres convenait assez bien au peu de temps qui nous était imparti ; mais aussi parce que j'aime Claudel (Philippe, mais aussi Paul ^^, d'ailleurs ma fille s'appelle Violaine comme son héroïne !).
De Philippe Claudel je connaissais Les Ames grises et son atmosphère si particulière, qui me rappelle Un roi sans divertissement de Giono. Et puis nous sommes nés la même année, ce qui nous "rapproche" un peu quand même... J'étais donc doublement impatiente de découvrir son nouveau livre...

 En quelques phrases, et à mots choisis, Philippe Claudel nous fait voyager au coeur de ses souvenirs. Sous couvert de mini chroniques, à la manière d'un Philippe Delerm, mais avec une écriture plus littéraire et impressionniste, il nous raconte, par petites touches, l'histoire de son enfance .

Phrase après phrase, nous  découvrons peu à peu la maison de son enfance, ses parents, son école et ses copains ; ses activités (piscine, pêche, vélo, foot), son éveil à la sensualité et les paysages, toujours en demi-teinte, de la Lorraine.

Les odeurs sont forcément très présentes, des plus agréables ( fleurs d'acacia en beignets, après-rasage, cannelle, choux, légumes, lard frit, draps  frais... ) aux plus triviales ( fumier, pissotière, sexe des filles, odeur des fleurs pourries dans le cimetière...).  Ces courts chapitres, qui, bien que présentés par ordre alphabétique, nous racontent une histoire qui va de l'enfant au vieillard, finissent par former une image très complète à l'instar des puzzles.

J'ai beaucoup aimé cette manière douce-amère de parler de son passé, sans vraiment raconter une histoire, mais les moments évoqués en sont d'autant plus puissants et nostalgiques. Ses souvenirs nous touchent, car pour beaucoup ils pourraient être les nôtres.

Et puis Claudel a un style que j'adore. Ses mots me font frissonner, tour à tour quotidiens ou recherchés, voire rares, ses mots me transportent et rien qu'à les lire, je l'accompagne sur le chemin de son passé...

Comme il l'écrit si bien en conclusion : "Chaque lettre a une odeur, chaque verbe, un parfum. Chaque mot diffuse dans la mémoire un lieu et ses effluves. Et le texte qui peu à peu se tisse, aux hasards conjugués de l'alphabet et de la remembrance, devient alors le fleuve merveilleux, mille fois ramifié et odorant, de notre vie rêvée, de notre vie vécue, de notre vie à venir, qui tour à tour nous emporte et nous dévoile." Je crois qu'on ne saurait mieux dire ....

Je remercie PriceMinister de m'avoir envoyé ce livre et d'avoir organisé ce match littéraire. J'espère que mon favori sera gagnant !
Ma note : 18/20 .

parfums