Voici le livre que j'ai emporté en vacances cette année, pensant que ces 416 pages me dureraient bien la semaine. En fait je l'ai dévoré en trois jours, tant le sujet et l'écriture de Mourlevat m'ont hypnotisée.

Une jeune femme, Anne, recherche sa soeur, disparue sans laisser de traces, juste après son mariage. Presqu'un an après, elle entend, dans son poste de radio, un appel au secours venant de soeur. Pour la retrouver, il lui faudra passer dans un monde parallèle, où tout est aseptisé, froid et sans âme. Un monde où l'on ne respire plus, où la nourriture a perdu son odeur, son goût, où les sentiments sont inconnus. La maladie et la mort n'existent plus, mais les gens "disparaissent" lorsqu'ils sont fatigués de vivre. Dans ce monde, les terriens sont une légende. Seuls quelques élus connaissent la vérité. Anne parviendra à y entrer, risquera sa vie, et celles des personnes qui vont l'aider à tenter de ramener sa soeur dans son monde originel.

J'ai beaucoup aimé ce roman, qui l'air de rien, nous questionne sur les progrès de la science, sur ce que pourrait être un monde déshumanisé et sur finalement la chance d'être humain, donc imparfait. Le passage d'un monde à l'autre, au fond d'une route de campagne enbrûmée, est effrayant car il semble si réel. Ce monde étrange, qui dans les années 1970 était présenté comme le monde du futur et du progrès, est terrifiant. Le livre s'adresse à des jeunes, mais le sujet est universel. Un vrai coup de coeur.

terrienne