elizabeth-age-or

Toujours dans le cadre du Challenge Tudors, j'ai visionné le film de Shekhar  Kapur Elizabeth, l'âge d'or. Il s'agit en fait de la suite du film Elizabeth du même réalisateur. Comme je ne m'en suis rendue compte que trop tard, je commencerais  donc par ce film.

Elizabeth est dans la plénitude de son règne, nous sommes en 1585, la Reine a cinquante ans et n'a ni mari ni enfant, ce qui lui a donné son surnom de reine vierge. Deux gros évènements historiques sont présentés dans le film. Tout d'abord le complot de Marie Stuart, qui cherche à conquérir le trône d'Angleterre en complotant contre Elizabeth. Le complot découvert, Marie est condamnée à mort. 

Le second évènement historique est la bataille contre l'Armada espagnole. Même si au départ, le nombre de bateaux espagnols est supérieur à ceux de la flotte anglaise, d'habiles manoeuvres (attaquer en mer et non attendre l'invasion par la Tamise, envoyer des navires brulots pour incendier l'Armada mais également le discours d'Elizabeth en armure au milieu des soldats) vont donner la victoire aux anglais.

En parallèle, on découvre l'intimité de la Reine, qui a décidé de ne s'unir à aucun homme, même si elle est sensible quelque fois aux charmes de certains d'entre eux. C'est le cas de Walter Raleigh, pirate, qui lui apporte du tabac, des pommes de terre et lui offre le territoire de Virginie dans le Nouveau Monde, baptisé ainsi en son honneur... Lorsqu'une de ses suivantes a une aventure avec lui, sa réaction est très violente. 

Elizabeth semble, dans ce film, moins cruelle que son père Henry VIII et plus réfléchie. Elle paraît très marquée par la trahison de Marie Stuart, mais a beaucoup de mal à ordonner son execution. Elle apparait plus sensible que dans le film Mary Queen of the Scots.

Ce film était le second d'une trilogie consacrée à Elizabeth, mais le troisième n'est pour l'instant pas d'actualité. Comme il s'est passé dix ans entre le premier film (1998) et le second (2007), rien n'est encore perdu... En attendant, je vais tâcher de regarder le premier pour découvrir sa jeunesse et son accession au trône.

tudors