Comme pour Londres la nuit,  nous avons affaire à un recueil de textes parus à diverses dates et souvent en période de Noël. Bien que le titre soit Histoires de fantômes, il ne s'agit pas toujours de récits fantastiques classiques, tel Un chant de Noël, mais pour la plupart de relations d'événements auxquels a assistés le narrateur (qui n'est pas toujours l'auteur !).

Comme ce recueil n'a pas été rassemblé par Dickens, il est un peu hétéroclite. Certaines histoires sont plus théoriques que vraiment contées ( Fantômes de Noël, Esprits frappeurs authentiques ) et souvent ironiques. Quelques récits sont présentés comme des faits réels rapportés par un ou plusieurs narrateurs qui ont été témoins ou ont recueilli le témoignage d'une "victime" d'apparition ( A lire au crépuscule ). Pour les autres textes, le traitement est plus classique et raconte une histoire fantastique, quelquefois à la première personne.

A noter que j'avais déjà rencontré La Chambre de la mariée (dans une autre traduction) dans l'anthologie consacrée aux Fantômes des victoriens. J'ai préféré ces dernières formes de récits. La maison hantée nous raconte comment le narrateur a loué pendant quelques mois une maison réputée hantée et ce qu'il y advint, installé d'abord avec sa soeur et des domestiques, puis avec un groupe d'amis, une fois qu'il eut congédié les domestiques trop impressionnables.

Le Portrait de la belle inconnue est certainement mon préféré. Le narrateur, un peintre rencontre plusieurs fois une jeune femme habillée de noir, qui lui demande de faire son portrait, mais sera dans l'impossibilité de poser. Par un hasard de circonstances, il rencontrera aussi le père de cette jeune femme qui lui demandera la même chose et comprendra alors qui elle est.

Dans le Procès pour  meurtre, à prendre avec une pincée de sel, le narrateur, juré dans un procès criminel, voit le fantôme de la victime dans la salle d'audience. Capitaine Meurtre et le Pacte avec le diable, raconte deux histoires fantastiques, sans qu'il n'y ait à proprement parler de fantôme. Enfin Le Signaleur nous présente un agent qui travaille dans un poste de signalisation et qui voit régulièrement une apparition lui annoncer des accidents mortels...

Un recueil inégal de par sa forme même, mais dans lequel on retrouve tout l'esprit de Dickens, tantôt ironique, tantôt sérieux et en tout cas avec un grand sens du récit et de la mise en scène...

hist-fantomes