onolan-obrieno'brien
Je ne connaissais pas l'écrivain irlandais du mois de septembre, mais en lisant sa biographie sur Wikipédia, il avait l'air intéressant. Né en Irlande du nord, Brian O'Nolan fait ses études à Dublin, écrit dans des journaux d'étudiants, puis occupe un emploi dans la fonction publique, ce qui l'oblige à écrire sous un pseudonyme : Flann O'Brien. Son écriture est assez expérimentale...

Je dois dire que je n'ai pas du tout accroché à son oeuvre. J'ai commencé par Swim-two-birds, que j'ai rapidement abandonné. Cela démarrait comme l'autobiographie d'un étudiant, mais remplie de digressions et de commentaires sur l'écriture même du roman. Pas de chapitres non plus. Je lui ai laissé sa chance un peu, mais je n'ai pas réussi à m'intéresser, ni à l'histoire, ni à la forme du texte...

J'ai ensuite tenté Le troisième policier, présenté comme un roman "fantastique parodique". L'histoire commençait un peu mieux. On avait des personnages vraisemblables, l'histoire d'un crime, une relation étrange entre les deux complices, puis au fur et à mesure le récit part dans tous les sens. Le mort est ressucité, ses propos sont décousus, le héros se retrouve dans un commissariat où le policier de service fait une fixette sur les bicyclettes volées... Bref, j'ai là encore abandonné, ne voyant pas où m'entraînait ma lecture...

J'ai persisté avec ses chroniques parues dans l'Irish Times sous son pseudonyme irlandais de Myles na gCopaleen. J'avoue que ces courts articles teintés d'humour et d'absurde m'ont amusée. Un mélange d'Alfred Jarry et de Pierre Dac. Myles, le signataire des articles, explique par exemple à ses lecteurs, comment donner l'impression d'être cultivé à ses invités  Il ne suffit pas d'avoir une bibliothèque fournie si la plupart des livres restent à l'état neuf. Il propose alors les services rémunérés de quelques personnes compétentes qui viendront user les livres à leur place. Les tarifs varient en fonction de l'état final des livres (pages soulignées, commentaires dans la marge, dédicace et même insertion de faux programmes de théâtre comme marque-pages...)

Je dois, là encore, avouer que j'ai survolé ces Best of Myles, même si ce sont les textes que j'ai préféré parmi le recueil de ses oeuvres...