behanPour démarrer ma découverte de Brendan Behan, j'ai visionné un court-métrage de Stephen Dwoskin, trouvé à la Médiathèque. La vidéo dure une petite demie-heure.
Dans différents lieux, trois comédiens, dont une femme, jouent des extraits de son oeuvre. Il est question de nationalisme, de prison (Behan a été arrêté à 16 ans comme membre de l'IRA et emprisonné jusqu'en 1945). Le style est simple, les textes courts se suffisent à eux-même et donnent envie d'en lire davantage... 

A26806

Le problème avec Brendan Behan, c'est que peu de ses ouvrages sont traduits en français. Et la moitié est indisponible. J'ai donc lu Encore un verre avant de partir, qui est  un recueil d'articles parus dans l'Irish Times, de 1954 à 1956. 

Les récits sont courts, sur différents sujets, ses voyages en France, en Angleterre, des prises de' positions sur l'indépendance de l'Irlande (il a combattu avec l'IRA). Beaucoup de dialogues, qui se passent dans un pub ( d'où le titre du recueil ).

Le style de Behan dans ces textes est du langage familier, mâtiné de gaélique et j'ai beaucoup apprécié le travail du traducteur qui a réussi à en donner un équivalent en français en déformant certains mots et jouant sur le langage populaire.

Malheureusement j'ai trouvé les sujets un peu "datés"... Beaucoup de piques envers les anglais, des conversations de comptoir pour lesquelles je n'ai pas les références qui me permettraient de comprendre l'humour et même quelques fois les chutes.

Comme le mois d'octobre se termine, je vais malheureusement abandonner Brendan Behan pour le moment, mais je compte bien y revenir et lire des oeuvres plus personnelles, comme Borstal Boy  ou Confessions d'un rebelle irlandais. ( introuvables pour le moment)..