Ecoute-le-rossignol

En 1919 l'Europe sort tout juste de la première guerre mondiale et panse ses blessures. La famille d'Henrietta, surnommée Henry, quitte Londres et vient s'installer dans la campagne anglaise, proche de la mer. La mère est très affectée par la mort de son fils aîné, Robert, qui a péri dans l'incendie de leur maison.

Le Docteur Hardy lui a prescrit un repos complet, la drogue à coup de somnifères, la tient enfermée dans sa chambre et lui interdit de voir ses deux filles Henry, 12 ans et le bébé Roberta, que tout le monde appelle Porcinette. Nanny Jane est chargée de veiller sur la maison, et Mrs Berry, qui habite à côté, s'occupe de la cuisine.

Henry, qui passe ses journées à lire des contes et romans, découvre une pièce secrète dans le grenier, la chambre d'un garçon, laissée à l'abandon et, dans le bois du rossignol derrière la maison, une étrange femme qui vit dans une roulotte, au milieu d'une clairière. Henry la prend d'abord pour une sorcière, puis apprend à mieux connaître Phalène, qui est le nom qu'elle s'est donné.

Lorsque Mr Abbott part en Italie pour son travail, la situation est laissée aux mains du docteur et de Nanny Jane. Henry va tenter de tout faire pour sauver sa mère, la guérir et la faire évader de l'asile Enferdon où le médecin l'a fait interner pour expérimenter de nouveaux traitements sur elle.

J'ai beaucoup aimé ce roman, qui joue sur les standarts de la littérature jeunesse anglaise. J'y ai retrouvé l'ambiance du Jardin de minuit ou de Narnia. Beaucoup de références également aux contes de fées, que lit Henry. C'est un très beau roman sur le deuil, la souffrance psychologique et le retour à une vie "normale" après une guerre...