appel

 Ethan est musicien, mais la seule oeuvre qu'il a réussi à vendre est un jingle qui annonce une émission de météo sur une petite chaine de télévision. Il sort d'un séminaire où avec d'autres musiciens il devait écrire un album pour une chanteuse célèbre. Il n'a pas été retenu et sa brève aventure avec la vedette le laisse dans une sensation de ratage total.

Alors qu'il a retrouvé son petit appartement parisien, le téléphone sonne. Un téléphone vintage, acheté dans une brocante sur Portobello road, au temps où il vivait à Londres une aventure sans lendemain. Un appel de sa mère, qui après quelques banalités lui demande de transmettre un message : "Dis à ta soeur qu'on pense à elle tous les jours." Et la communication est interrompue...

Le problème est que ses parents sont décédés et qu'Ethan est fils unique... Il va donc enquêter, pour savoir s'il a une soeur cachée et comment la retrouver. A partir de là l'histoire part en récit surréaliste. Il interroge sa tante, qui lui confirme qu'il a une soeur, qu'elle s'appelle Jude et vérifie des porcelaines anglaises, dans une usine belge nommée Somewhere over the teapot...

Mais sa tante lui sert du jambon fumé qu'elle prend pour du saumon fumé, et Jude est le prénom noté sous sa tasse de thé... malgré cela Ethan va se lancer à la recherche de cette soeur inconnue, dans un véritable road movie sur l'autoroute du Nord. Il y fera d'étranges rencontres et passera une soirée quasi onirique dans un pensionnat désaffecté. Le lendemain il rencontrera la fameuse Jude...

Ce court ouvrage m'a un peu laissé sur ma faim, et je m'attendais à tout moment au réveil d'Ethan pour qui l'histoire racontée ainsi aurait été un rêve... Pour l'auteur, qui ouvre et ferme son roman par un conte japonais, il s'agit davantage d'un récit initiatique, à moins que tout cela ne soit qu'une fantaisie sans queue ni tête destinée à nous divertir pendant le temps de sa lecture...