Lire Agatha Raisin, c’est un peu comme manger des chocolats. On se régale au début, puis on est vite rassasié. De plus certains nous déçoivent.

C’est un peu le cas avec ce titre L’enfer de l’amour. A la fin du tome précédent Agatha épousait –enfin- son voisin James Lacey. Mais très vite leur mariage bat de l’aile. Cette fois-ci, ils font cottage  à part. James refuse qu’Agatha travaille et Agatha ne veut pas que James dirige sa vie. James fréquente une certaine Melissa et Agatha se confie à son ami Sir Charles.

Après une dispute James disparaît, sa maison a été vandalisée et quelques temps après Melissa est retrouvée assassinée. Agatha, un temps soupçonnée de meurtre, va tenter, avec son complice Sir Charles, de démasquer l’assassin de Melissa et retrouver James…

Le récit traîne un peu en longueur, j’ai eu du mal à m’intéresser aux différents personnages qui gravitent autour de Melissa. Certaines scènes pourraient être éliminées sans problèmes. Heureusement Agatha est toujours la même, indécise, charmeuse, entre deux hommes et a le chic pour se fourrer dans des situations impossibles.

Je lirai naturellement le volume suivant, curieuse de découvrir la suite des aventures d’Agatha …

enfer-amour