secrets-de-londres Parce que je partais quelques jours à Londres, j'ai emporté cet ouvrage qui traînait sur ma PAL depuis un certain temps déjà... Le bandeau "polar victorien" n'y étant certainement pas pour rien...

Victorien c'est certain, l'auteur a réussi à caser tous les poncifs de l'époque : les jeunes femmes pauvres, obligées de se prostituer, les logements crasseux à payer d'avance à la journée, les chanteuses de cabaret aux moeurs légères, les jeunes garçons débrouillards et filous, les pubs fréquentés par des soulards, les policiers mal vus des ouvriers, les petits métiers au jour le jour, l'ambiance glauque des quais et de Whitechapel... Rien ne manque pour donner à ce récit la touche victorienne promise.

L'histoire elle-même est sordide. Ellen Warwick, ancienne chanteuse de cabaret, est assasinée chez elle. Son amie-associée-domestique Nathalie Meadows est surprise à côté du cadavre et aussitôt soupçonnée. Elle s'enfuit et se jette dans la Tamise. Par chance, elle ne se noie pas et décide d'utiliser le temps qui lui est donné pour tenter de découvrir le meurtrier.

Le roman nous présente de nombreux personnages dont on ne comprend pas au départ les liens qui existent entre eux. Puis peu à peu les ficelles se dénouent, pour mieux s'emmêler à nouveau. On croise un étrange pasteur et sa fille, des tenanciers de cabaret et de pub, des prostituées, des ivrognes, un photographe et un libraire... Il n'y a pas vraiment d'enquête policière, les agents intervenant davantage sur dénonciation ou pour constater les crimes. 

Même si j'ai trouvé la chute un peu bâclée et rapide, j'ai plutôt bien aimé ce roman qui mêle la peinture des taudis de Londres façon Dickens, aux assassinats à la mode de Jack l'Eventreur... Je lirai certainement d'autres titres de cet auteur.