noel-jerusalem

Je viens de terminer Un Noël à Jérusalem de Anne Perry et je suis encore une fois un peu déçue de son roman annuel sur Noël*. C'est dommage car il partait plutôt bien, avec une atmosphère à la Agatha Christie (façon Meurtre à Bagdad ou Mort sur le Nil) mais la seconde moitié du livre est un peu barrée, avec un récit presque ésotérique façon Paolo Coelho....

Comme (presque) chaque année nous retrouvons un personnage d'une des séries de Anne Perry, ici Lady Vespasia et son mari Lord Narraway (série Charlotte et Thomas Pitt). Vespasia était déjà l'héroïne de La Disparue de Noël ...

Vespasia, récemment mariée à Lord Narraway, autrefois haut placé dans la police anglaise, s'est fait offrir par son mari un voyage en Palestine pour Noël. Lors de leur séjour dans un hôtel de Jaffa, le couple fait la connaissance d'un homme avec qui ils passent la soirée à discuter. Lady Vespasia croit voir une ombre les surveiller. Le lendemain cet homme, que les époux Narraway surnomment Balthazar, car il leur évoque le roi mage et ne s'est pas présenté, est assassiné dans sa chambre d'hôtel. C'est alors que Lord Narraway découvre dans la poche de sa veste un morceau de parchemin, accompagné d'un message l'enjoignant de le porter à Jérusalem au plus tard la veille de Noël. Un voyage périlleux les attend, alors qu'ils ne savent pas ce que représente ce parchemin. L'occasion d'aborder, très rapidement, les problèmes politiques et religieux au Moyen Orient en cette fin d'époque victorienne...

Le début de l'intrigue partait plutôt bien, on se demandait qui était ce fameux "guetteur" prêt à tuer pour empêcher la divulgation d'un message. On pense à une secte, un groupe religieux ou politique, dont les membres se relaient dès que l'un d'entre eux tombe... Et puis on bascule dans l'ésotérisme. Les Narraway rencontre un certain Benedict, avec qui ils échangent sur le symbolisme de Noël, des rois mages, de l'Etoile de Bethléem comme des théologiens. Le récit devient de plus en plus invraisemblable et incompréhensible, jusqu'à la fin, qui se veut un message d'espoir (?), une leçon de vie (?) ou l'aboutissement d'un pélerinage (?)

Je ne comprends pas pourquoi Anne Perry rate presque systématiquement ses récits de Noël alors que ses autres séries policières sont formidables .... (et pourquoi elle continue à les écrire.... mais j'imagine que ça se vend bien ^^ ). J'avoue que je continue à les lire aussi, espérant que le prochain sera meilleur...


* Il s'agit du récit paru en 2016 sous le titre A Christmas message, mais dont la traduction française sort cette année.