silence-ventJ'ai démarré ce roman en mars 2017, à l'occasion d'une rencontre en librairie où l'auteure était invitée avec Philipp Meyer, autre écrivain américain... Comme je n'avait encore jamais rien lu d'elle, j'ai choisi un roman paru en poche, qui avait reçu le National Book Award et élu meilleur livre de l'année 2012 par les libraires américains.

L'histoire se passe dans une réserve amérindienne du Dakota du Nord, milieu que Louise Erdrich connait bien, puisque sa mère était amérindienne. Le roman nous décrit la vie quotidienne des adolescents de la réserve, les combines, les petits boulots, l'école, l'éveil de la sexualité, mais c'est avant tout le récit de l'agression de la mère de l'un d'entre eux, Joe âgé de treize ans

Parce qu'elle a eu connaissance d'un secret inavouable, la voilà battue et violée. Joe et son père ne peuvent que la regarder s'enfermer dans le silence et la dépression. Elle ne parle plus, ne mange plus. Joe et ses amis tentent de comprendre ce qui s'est passé et à quel endroit. En effet les lois sont différentes pour les amérindiens et les autres, et selon l'endroit où s'est passé l'action, sur la réserve ou en dehors...

J'ai mis très longtemps à terminer ce roman. Je l'ai abandonné, puis repris à plusieurs reprises. Même si les préoccupations d'une bande de jeunes garçons amérindiens sont assez éloignées de moi, ce n'est pas la seule raison, car j'ai au contraire trouvé plutôt intéressant de les voir vivre, ou survivre, partager leurs doutes et leurs coutumes. 

J'ai profité du Challenge des 12 mois, pour reprendre une dernière fois le livre et le terminer enfin. Et je vais pouvoir continuer à faire descendre (un peu) ma PAL...