retour-arseneDepuis que le personnage d'Arsène Lupin est rentré dans le domaine public (2012), on ne compte plus les pastiches et nouvelles aventures de mon gentleman-cambrioleur préféré... Mais n'est pas Maurice Leblanc qui veut.. ou qui essaye...

A chaque nouvel essai, je me précipite et j'en ressors la plupart du temps assez mitigée. Ce fut encore une fois le cas ici. Pourtant avec un nom pareil, j'espérais un miracle. Pour ceux qui ne connaissent pas l'oeuvre de Maurice Leblanc par coeur, monsieur Lenormand, chef de la Sûreté, est l'une des incarnations d'Arsène Lupin lui même dans le roman 813.

Le Retour d'Arsène Lupin se passe en 1908. Il est question de vol de bijoux, de faux Delacroix, de jeunes femmes séduites. Bref les éléments classiques d'une aventure d'Arsène Lupin. Frédéric Lenormand prend comme base de départ L'Agence Barnett et Cie , un recueil de nouvelles signé Maurice Leblanc, ainsi que les personnages de Jim Barnett, le Prince russe Serge Renine, avatars de Lupin et les inspecteurs Béchoux et Ganimard. 

Mais Frédéric Lenormand a voulu en faire un peu trop et y mêle Picasso et Mata Hari, de façon peu crédible. J'ai été beaucoup agacée par les jeux de mots des titres de chapitres, qui sont un tantinet lourdingues : "Du côté de chez Chouane", "l'idée fixe du cousin Cloribus", "Danse avec les louves", "Un amour de Chouane" (il était content de l'avoir trouvé celui-là !!). 

De même des passages comme celui-ci : " Cette valise [...] contenait à coup sûr l'objet si convoité sur lequel reposait toute l'énigme. La pierre philosophale ? Une photo du président de la République en bas résille ? Un extrait d'état-civil de la veuve avec sa vraie date de naissance ? Lupin aurait donné au chat la langue de Mme Bovaroff pour savoir ce que c'était.". Ce type d'humour ne me semble pas correspondre avec la personnalité de Lupin. 

Le roman lui même est construit à la manière d'un roman à énigmes : des faits, des vols, des meurtres, des échanges de tableaux, plusieurs jeunes femmes que Barnett drague tour à tour, alors que son personnage est loin d'être un séducteur. J'avoue ne pas avoir retrouvé ce qui fait le charme des histoires de Maurice Leblanc, même si on sent bien que l'auteur a essayé ....

L'histoire serait tout à fait réussie, avec une résolution de l'énigme bien ficelée, avec un autre type de personnage ... On ne touche pas à Arsène Lupin aussi facilement !!!