Dans_les_angles_mortsDifficile de faire rentrer cet ouvrage dans une case. Ce n'est pas un roman policier, bien que le récit commence par un meurtre et que tout au long  nous allons tenter de comprendre qui l'a commis et comment le meurtrier en est arrivé là. Ce n'est pas non plus un récit fantastique, bien que plane l'ombre des occupants précédents, morts également dans cette même pièce. Roman psychologique et de société, très certainement. 

Dans une ville rurale des Etats-unis de la fin des années 1970, un couple de new-yorkais s'installe avec leur petite fille dans une ancienne ferme. George Clare est professeur à l'Université, sa femme Catherine a arrêté ses études quand elle s'est retrouvée enceinte. Sa vie s'est ensuite résumé aux tâches ménagères et à l'éducation de la petite Franny. Ce soir-là George se présente avec sa fille dans les bras chez ses plus proches voisins. Sa femme a été assassinée à coup de hache pendant qu'il donnait ses cours...

Elizabeth Brundage nous raconte alors l'histoire de cette maison et de ses occupants. Les Hale, qui ont acheté la ferme en 1908 et l'ont exploité jusqu'à ce jour de 1978, où les derniers fermiers, ruinés, se suicident en laissant derrière eux trois garçons adolescents. Lorsque les Clare s'installent dans la maison, Catherine ressent rapidement une présence étrange, croit voir le visage de la disparue dans les vitres. 

Les trois fils Hale vont venir faire de petits travaux à la ferme et le plus jeune, Cole, va même garder la petite Franny les soirs où ses parents sortent chez des amis. 
Peu à peu les caractères des personnages vont se mettre à nu. Catherine ne se sent pas bien dans cette maison et commence à se libérer grace à une voisine, Justine, qui donne des cours de tissage à la même Université que George. Et à petites touches, nous allons découvrir toute une histoire. Basée sur des mensonges, des omissions, découvrir que les gens ne sont pas toujours ce qu'ils semblent être et comment le meurtrier, imposteur et manipulateur, glisse dans le crime sans être le moins du monde inquiété...

Une véritable réussite, qui me hantera longtemps....