Le_monde_infernal_de_Branwell_Bronte J'ai commencé cette biographie de Daphné Du Maurier en 2016, lors du Challenge Brontë, puis je l'ai abandonnée et reprise en février dernier pour le Challenge des 12 mois, février étant consacré aux biographies.
J'ai profité du mois d'avril pour le terminer dans le cadre du mois consacré aux Classiques anglais...

J'avoue avoir eu un peu de mal avec le récit de Daphné Du Maurier. J'aime beaucoup ses romans, mais je n'ai pas accroché à sa façon de raconter la vie des Brontë. Patrick Branwell en est évidemment le sujet principal, mais l'auteur s'est beaucoup focalisé sur les écrits "de jeunesse" des enfants Brontë : les fameuses Chroniques d'Angria au point de rapporter systématiquement tout événement aux personnages de ces histoires et à ce "monde infernal".
Branwell est présenté comme un malade, souffrant de crises d'épilepsies, soignées au laudanum, qui l'ont fait sombrer dans la dépendance. Certains faits m'ont interpellés. Ainsi Branwell qui lit des extraits d'un futur roman dans un pub, et certains y reconnaîtront plus tard des scènes des Hauts de Hurlevent. Je n'avais jamais lu cette information et l'auteur la reprend avec plusieurs explications : soit Branwel s'est trompé et a emporté les feuilllets d'Emily au lieu des siens, soit Branwell a écrit certains passages avec Emily... 

De même la romance entre Branwell et Mrs Robinson, chez qui Anne et Branwell sont employés comme précepteurs des enfants, est selon Daphné Du Maurier totalement imaginaire, Branwell aurait été renvoyé pour une toute autre raison, touchant davantage à un mauvais exemple qu'il aurait donné à leur fils. Après la mort de Mr Robinson, aucun codicile du testament n'interdisait à Lydia de voir Breanwell ou de se remarier... J'ai par contre été étonné du peu d'importance donné aux portraits qu'il a peints de ses soeurs, et présentés à la National Portrait Gallery de Londres...

L'ouvrage est pourtant bien documenté et truffés de citations, d'extraits de lettres et de poèmes des Brontë. Un peu trop peut-être... Je vais me plonger maintenant dans la biographie de Jean-Pierre Ohl, consacrée aux Brontë, qui vient de sortir, afin de faire la part des choses...

branwell
photo du film To walk invisible